Press' 3

Comprendre le trésor de Lavau | Press' 3

Catégories

Comprendre le trésor de Lavau

Comprendre le trésor de Lavau


En 2015, à Lavau, l’Institut National de Recherche Archéologique Préventive (INRAP) mettait au jour un ensemble exceptionnel datant du 5e siècle avant notre ère. Cette tombe princière et son trésor sont actuellement étudiés, jusqu’en 2020, dans des laboratoires spécialisés. Fin janvier, une délégation de la Ville de Troyes, de la Ville de Lavau et du Conseil Départemental de l’Aube s’est rendue au C2RMF – Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (situé au Palais du Louvre, à Paris), afin de se voir présenter les progrès réalisés sur les études touchant à tous les objets découverts sur le site.

Des premiers résultats surprenants
Appareils de radiographie, accélérateur de particules AGLAÉ (pour Accélérateur Grand Louvre d’Analyse Élémentaire), le C2RMF dispose de nombreux appareils d’analyses permettant de percer les mystères du passé... et de réserver de bonnes surprises. Parmi les objets récoltés en 2015 dans la tombe princière de Lavau par les archéologues, de nombreux éléments sont en miettes et nécessitent « des soins » particuliers. C’est le cas de certains vases balustres (céramique à la fois de forme concave et convexe) qui, au fil du temps, se sont brisés dans la tombe. L’analyse de la pâte argileuse a alors été comparée à plusieurs dizaines d’objets similaires et de la même époque en Bourgogne, notamment à Vix, et en Champagne. Prometteurs, ces résultats vont permettre de comprendre ce qu’il y avait réellement dans la tombe princière de Lavau, ainsi que l’environnement, la civilisation de cette époque. Il en résulte que tous ces vases ont été fabriqués à partir de la même argile. Cette dernière, exploitée par des potiers du 5e siècle avant notre ère, provient d’un banc situé à environ trois kilomètres de Troyes. Cela signifierait que ces céramiques ont probablement été fabriquées du côté de Troyes avant d’être exportées ensuite.

Quand ce qui a disparu reparaît
Les matériaux et matériels retrouvés lors de fouilles archéologiques présentent souvent des états de dégradation très importante étant donné leur âge, c’est pourquoi nombre d’analyses sont réalisées a posteriori, en laboratoire, afin de pouvoir déceler l’invisible. C’est ce qu’il s’est passé avec des mottes de terre qui comportaient des fragments de matériels, prélevées sur le site puis radiographiées en laboratoire. Le cuir, matériau organique, fait partie de ces éléments qui disparaissent et ne laissent que leur empreinte. C’est grâce à une empreinte radiographiée de la ceinture du prince de Lavau que les archéologues ont découvert qu’elle avait été ouvragée. Un décor, réalisé par des morceaux d’étain (taille de l’ordre du millimètre), aurait été incrusté dans le cuir de la ceinture.

Un travail de longue haleine
Afin de mettre au jour tous les secrets du prince de Lavau, des examens minutieux vont être menés pendant encore deux années. Chaque objet ayant sa spécificité, il est envoyé dans des laboratoires spécialisés étudiant et analysant qui le bois, qui l’argile, qui le métal. La restauration sera l’étape finale, prévue pour durer également plusieurs mois. C’est le cas, par exemple, du grand chaudron en bronze, actuellement en morceaux, qui a besoin de nombreux soins et analyses avant de retrouver sa forme originelle.

Trésor national
La découverte de Lavau va intégrer les collections du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Troyes, installé dans l’abbaye Saint-Loup, en accord avec la Mairie de Lavau et l’État, en sa qualité de Musée de France. Ce titre garantit des conditions de conservation et de diffusion adaptées à des pièces de valeur. Le trésor de Lavau rejoindra ainsi le trésor de Pouan. Marc Sebeyran, adjoint au Maire chargé de la Promotion du territoire, des Labels, de la Culture, de l’Animation et conservation du patrimoine historique et de la Mémoire et du Protocole indique : « Nous avons la chance d’avoir deux éléments exceptionnels avec, en “clou du spectacle’’, les pièces les plus remarquables du trésor de Lavau comme peut l’être le chaudron qui a été découvert. »

Trésor de LavauArkéaube, une exposition vivante
À la suite de la fouille qui a révélé de manière inattendue une riche sépulture du 5e siècle avant notre ère à Lavau, le Conseil Départemental propose de découvrir les secrets de l’archéologie préventive et la vie des premiers Aubois. Cette grande exposition, intitulée Arkéaube, se déroule de mai à décembre. En raison des études menées sur les objets du trésor de Lavau, seuls certains objets seront exposés et renouvelés en fonction des analyses en cours.  


Newsletter Restez informé !