Press' 3

Histoire | Press' 3

Catégories

Histoire

Histoire


Indemnités et aides aux familles de militaires, veuves et orphelins

Dans le cadre de leur mission de valorisation du patrimoine troyen, les Archives municipales vous proposent, pour le Centenaire de 14-18, de découvrir des documents originaux. Dans la continuité des textes mis en ligne, en 2014, sur le site Internet de la Ville de Troyes (onglet « Sport/Culture », rubrique « Archives municipales », « Le document du mois »), 2018 clôture ce cycle mémoriel par des articles traitant de la vie quotidienne à Troyes.

Ce mois-ci, les Archives municipales vous font découvrir les indemnités et aides destinées aux familles de militaires, veuves et orphelins.

À la suite de la mobilisation générale du 2 août 1914, le départ des hommes, et surtout leur décès, prive les foyers de leur soutien financier principal. La perte de revenus, parfois considérable, rend alors difficile, aux familles restées à l’arrière, le fait de subvenir à leurs besoins quotidiens.
Pour les aider, l’État promulgue, le 5 août 1914, une loi qui instaure le versement d’allocations aux familles de militaires mobilisés. À Troyes, ces allocations sont distribuées à l’Hôtel de Ville tous les mois. Chaque épouse concernée possède un numéro d’allocataire lui permettant d’aller toucher l’argent, selon des jours et heures préalablement fixés.

À Troyes, beaucoup de femmes de mobilisés et de veuves ayant la charge d’enfants en bas-âges font appel au bureau de bienfaisance pour obtenir régulièrement de l’assistance. Quand elles le peuvent, ces femmes essayent de cumuler les aides en gagnant un petit salaire à l’usine, en gardant des enfants ou en faisant des ménages. Par ailleurs, nombreuses sont les associations qui se développent pour apporter leur aide (dons de nourriture ou de vêtements) aux familles les plus démunies, en France mais aussi dans les colonies. Il existe également des organismes publics et privés qui proposent des assurances et des pensions à leurs adhérents, pour leur permettre de bénéficier d’une épargne, de retraites supplémentaires ou d’assurance en cas de décès.

La Ville de Troyes, elle, souhaite mettre en place des mesures exceptionnelles pour aider au mieux ses habitants. Elle instaure notamment plusieurs allocations, telles que « l’allocation à l’occasion du 14 juillet » à travers laquelle la Mairie fait don, chaque année, de diverses sommes d’argent au bureau de bienfaisance, aux hôpitaux ou encore à des comités de secours.
À la fin de la guerre, la Ville de Troyes vote aussi la mise en place de « l’allocation de la Victoire » à hauteur de 5000 francs, agrémentée par divers dons de bienfaiteurs ; son objectif étant d’aider les plus démunis à fêter la victoire et la fin du conflit. À la fin de l’année 1918, approximativement, 280 familles nombreuses, 620 vieillards assistés et 600 familles secourues par intermittence en auraient bénéficié. Pendant et après la guerre, au même titre que les réformés et mutilés de guerre, les veuves et orphelins se voient proposer des emplois réservés au sein des administrations et des entreprises du secteur privé.

Texte : Anne-Lise Drège

Pour lire l’article dans son intégralité, rendez-vous sur ville-troyes.fr, onglet « Sport et Culture », rubrique « Archives municipales » puis « Le document du mois »

 


Newsletter Restez informé !