Press' 3

Troyes reprend en main son eau potable | Press' 3

Catégories

Troyes reprend en main son eau potable

Troyes reprend en main son eau potable


Le contexte

Après 25 ans de délégation de service public à Véolia, la Ville de Troyes a reconsidéré le principe de la gestion de l’eau potable sur son territoire*. Depuis 2014, un groupe de travail composé d’élus de la Ville a réalisé une étude comparative précise et chiffrée sur les différents modes de gestion du service public de l’eau potable par la Collectivité. Entre la création d’une régie municipale dotée de l’autonomie financière d’une part et l’adhésion à la Régie du SDDEA d’autre part, le choix s’est porté sur cette seconde option. Dès le 1er janvier 2018, la Collectivité adhère donc au syndicat aubois (Conseil municipal du 12 juillet 2017, acté le 20 octobre par l’assemblée générale du SDDEA). À noter que la distribution d’eau potable est une compétence obligatoire des communes, qui reviendra aux intercommunalités à partir du 1er janvier 2020.
*Le service de l’eau potable est un service public comprenant la production, le transport et la distribution d’eau.

Les objectifs de la mutualisation avec le SDDEA

- Économique : garantir les intérêts financiers et matériels des contribuables troyens et des usagers.
- Politique : redonner la main au Conseil municipal, via un COnseil de la Politique de l’Eau (COPE), sur les choix stratégiques quant à l’eau potable (prix, politique d’investissement, qualité de l’eau, protection des ressources…).
- Technique : assurer la continuité du service public de distribution d’eau potable pour Troyes, mais aussi pour les autres communes bénéficiant de la ressource troyenne. Au sein du COPE, les élus de la Ville de Troyes restent ainsi seuls décisionnaires quant aux aspects stratégiques de la gestion de ce service public.

Les avantages de la mutualisation

- Une astreinte 24h/24 et 7j/7 --Des horaires d’accueil des usagers plus étendus que ne l’aurait permis une régie municipale
- Une meilleure gestion des volumes de travaux et l’optimisation des amortissements liés aux équipements spécifiques. Exemple : les logiciels de gestion et de télésurveillance des installations dont est équipé le SDDEA coûtent 1,5 million d’euros. La Ville de Troyes bénéficiera de ces équipements moyennant 150 000 euros seulement.

Quels changements pour les usagers ?

Peu de changements pour l’instant, si ce n’est l’interlocuteur et le lieu d’accueil du public (voir par ailleurs). Le prix de l’eau ? « Il n’y aura pas d’augmentation et, si cela est possible, on baissera les tarifs à l’avenir », explique Marc Bret, adjoint au maire en charge du dossier. Dans l’immédiat, et afin d’assurer un service et une eau de qualité, la Collectivité, qui récupère les investissements inhérents à l’eau potable, prévoit d’importants travaux sur l’aqueduc distribuant l’eau captée à Servigny (pour 3,5 millions d’euros) et sur le château des Hauts-Clos (estimés à 2 millions d’euros).


Newsletter Restez informé !