Press' 3

Marie-Pierre Amilhau - Pour le Groupe Front National | Press' 3

Catégories

Marie-Pierre Amilhau - Pour le Groupe Front National


Troyes, le symbole du crépuscule de l’Aube

Nous aimons tous notre ville : c’est le lieu où notre famille a vécu ou celui où la vie nous a menés. Nous y vivons, travaillons et souhaitons que la vie y soit la plus paisible et prospère possible. Malheureusement ça reste, pour beaucoup, un souhait, voire une illusion.
Aujourd’hui plus qu’hier, la lutte contre le chômage dans la ville de Troyes est une débâcle cuisante.

Les chiffres de l’INSEE nous rappellent que dans l’agglomération :
- en 2009, le taux de chômage des 15 à 64 ans était de 19,1 % ;
- en 2014, il est passé à 23, 1 %.

Qu’avons-nous fait pour rendre notre ville attractive, pour que l’activité s’y développe ? Rien de bien efficace, il faut l’avouer. Cet affaissement va encore s’accentuer si nous continuons à « agir » à périmètre constant, car notre ville doit aussi faire face à un cruel manque de dynamique pour et vers l’emploi.

Les chiffres de l’INSEE sont là :
- en 2009, les créations d’entreprises à Troyes s’étaient élevées à 530 ;
- en 2014, elles se repliaient à 445.

Avons-nous eu la volonté constante, inflexible, d’oeuvrer pour soutenir emploi et entreprises ?

Malgré les promesses faites en 2011, où on nous affirmait que la ville de Troyes était « en première ligne dans la recherche des réponses pour ouvrir à nos concitoyens le chemin du travail », l’action publique locale n’a pas redressé la barre. La majorité municipale ne s’en est pas donné les moyens : perdue entre un maire cherchant à promouvoir sa carrière au niveau national et la chimère d’un pôle métropolitain inefficace.

Dépenser temps et énergie vers une énième structure technocrate et laisser périr notre économie locale, est-ce vraiment ce que nous voulons pour Troyes ? Ne vaudrait-il pas mieux s’occuper de la ville et de ses habitants en priorité ? Il semble que ce ne soit pas l’opinion d’en-haut. Après le chômage et le manque d’investissement, une autre inquiétude pointe à l’horizon : c’est l’insécurité. Nombres de faits divers de ces derniers temps à Troyes - dont certains trop sordides pour être relatés ici, en respect aux victimes - nous le rappellent cruellement.

À l’heure où il est de bon ton de s’inquiéter de la sécurité des migrants clandestins, qui prend en compte la sécurité de nos concitoyens ? Le sentiment d’insécurité ne fait que progresser. Ce n’est pas ce qui va attirer les investisseurs dans notre belle ville.

Ce qui nous fait revenir aux points précédents, l’attractivité de la ville et par conséquent le chômage et nous montre qu’à Troyes, le chat se mord la queue.

Face à ces trois défis : chômage, dynamisme économique et insécurité, nos concitoyens ont le droit de demander aux responsables : « Qu’avez-vous fait concrètement ? Qu’allezvous faire, réellement ? ».

Malheureusement, et depuis de trop d’années, la réponse à ces questions n’est pas celle qu’ils attendaient et Troyes est le symbole du crépuscule de l’Aube.

 


Contact

Marie-Pierre Amilhau - Permanence des élus du Front National

17 bis, rue Paillot-de-Montabert

03 25 82 61 14

https://https://www.facebook.com/mariepierre.amilhau

fn10@frontnational.com

Permanence des élus Front National : lundi, mercredi et samedi de 9h à 11h30

Newsletter Restez informé !