Press' 3

Une journée avec le Police Municipale | Press' 3

Catégories

Une journée avec le Police Municipale

Une journée avec le Police Municipale


11:30

La brigade des îlotiers de la Police Municipale de Troyes prend son service. Deux équipes de deux agents se répartissent les tâches, dans la tête et le corps du Bouchon. En ce jour de soldes, et malgré la pluie qui tombe à verse, l’objectif est d’assurer une présence préventive au centre-ville. Pour cela, rien de mieux que d’aller au contact des usagers, leur rappeler les règles en matière de sécurité, de circulation et de stationnement, notamment en zone piétonne. Un mot d’ordre : la Proximité ! « Nous faisons ainsi beaucoup de prises de contact avec les commerçants, afin de prendre des informations, de les rassurer face aux incivilités, dégradations, vols éventuels », confie un agent. Dans cette grande enseigne de prêt-à-porter de la rue Émile-Zola, la responsable de magasin confirme : « C’est agréable de savoir qu'ils peuvent intervenir très rapidement. La réactivité de la Police Municipale, c’est primordial ! » Circulant à pied, les îlotiers peuvent répondre aux demandes et exigences des Troyens, ils peuvent également intervenir plus facilement.

12:00

Rue Émile-Zola toujours, ils arrêtent coup sur coup deux véhicules pour défaut de contrôle technique et enfant non attaché. « Nous sommes essentiellement dans la prévention. L’objectif est que le contrevenant corrige son erreur. S’il récidive, nous le sanctionnons... » La plupart du temps, les échanges restent courtois, mais cela s’envenime parfois. « Hier, nous avons stoppé un jeune qui nous provoquait. Nous essayons si possible de ne pas prêter attention, mais quand la limite est dépassée... » Géolocalisés via le système de radiocommunication, les îlotiers peuvent recevoir un soutien rapide en cas de difficulté immédiate. C’est aussi un plus en termes de gestion des effectifs ; le chef de poste pouvant diriger la patrouille la plus proche d’un évènement afin d’apporter une réponse qualitative et efficace.

13:00

Pendant que la deuxième équipe gère les problèmes de stationnement rue de la Petite-Courtine, les deux îlotiers appréhendent un homme consommant et détenant des substances illicites près du marché des Halles. L’homme est interpellé dans le calme. L’Officier de Police Judiciaire (OPJ) contacté, les îlotiers suivent ses instructions et emmènent le contrevenant à l’Hôtel de Police, la Police Nationale prenant la suite. Reste à rentrer au poste pour taper le rapport et permettre à la justice de suivre son cours. La suite du service se passe toujours au contact de la population, pour la sécurité de tous, le rappel aux règles d’hygiène, de stationnement…

13:00

C’est aussi le moment où la brigade de l’après-midi prend son service. En plus des missions habituelles de surveillance sur l’ensemble du territoire, l’équipe, circulant à bord d’un véhicule, a aujourd’hui pour consigne d’assurer la sécurité aux abords d'un groupe scolaire. Faire traverser les enfants, parer à d’éventuelles agressions, prévenir le comportement des parents quant au code de la route (voitures mal garées, feu rouge grillé juste devant les policiers…), l’objectif est toujours martelé : « Nous nous efforçons de faire de la prévention ! Mais la verbalisation en cas d’infraction constatée n'est pas négociable. »

15:40

Rue du Pont-des-Champs, une femme se plaint auprès de la brigade de ne pouvoir se garer dans sa cour, une voiture stationnant devant l'entrée. Après une demande auprès du service des immatriculations, le véhicule est verbalisé (« La fourrière n’est envoyée que s’il empêche un véhicule de sortir, non d’entrer »).

16:15

Un véhicule abandonné près de la pharmacie des Bas-Trévois, puis deux autres à proximité du mail des Charmilles, font l’objet d’un constat. S’ils sont toujours sur place dans une semaine (stationnement abusif), la fourrière viendra les enlever. L’an passé, près de 350 dossiers de véhicules-épaves ont ainsi été traités.

16:45

Circulant quai du Comte-Henri, la brigade est croisée par un véhicule… à contre-sens. Nouvelle démonstration de prévention et sécurisation de la zone le temps que le conducteur distrait fasse demi-tour. « La proximité est ultra importante. Cela peut aller du feu de cheminée au vol dans un magasin, d’un mineur en déshérence à un individu venant troubler l’ordre et la tranquillité publique. Une journée ne ressemble à aucune autre. » Pour aujourd’hui, la fin de service est plus sereine, entre rappel aux interdictions de pratiquer le skateboard place Vernier et surveillance d'établissements victimes de dégradations les jours passés.

21:00

C’est au tour de la brigade nocturne de rejoindre le poste de Police. Ces agents sont volontaires pour travailler quand la plus grande partie de la ville dort. La nuit, Troyes présente un autre visage, entre quiétude et tension. « C’est un travail différent de celui de jour. Nous rencontrons surtout des problèmes liés à l’alcool, à la consommation de stupéfiants ; les gens sont plus agressifs, plus désinhibés. Les interventions sont souvent plus intenses. Pour le coup, nous sommes bien aidés par le CSU (cf. Le rôle du chef de poste), qui est comme un oeil sur la ville. » À bord d’un véhicule géolocalisé, la patrouille s’engage dans les quartiers. Le début de soirée semble calme.

22:30

Le chef de poste envoie l’équipe rue Nicolas-Camusat pour la présence signalée de trois étudiants, dont un à moitié nu prêt à se jeter dans le bassin face à la Maison des Étudiants. Relevés d’identité, rappel à la loi et prévention quant à la sécurité de chacun. Les jeunes promettent de ne plus recommencer. La patrouille repart vers la gare.

23:30

Des riverains se plaignent du bruit provoqué par un motocross rue de Preize.

23:45

Nuisances sonores dans les petites rues du centre-ville.

00:00

Un tapage nocturne est signalé dans le secteur Fort Chevreuse. À chaque fois, la Police Municipale se rend sur place. « Notre objectif est de faire cesser l’incivilité. S’il faut verbaliser, nous le faisons, mais l’important est d'arrêter le trouble. »

01:00

Accident de voiture sur l’avenue du Général- Sarrail, à proximité du cimetière. Un luminaire percuté est couché entre les deux voies de circulation. Après avoir porté assistance à la conductrice et lui avoir indiqué les démarches à suivre, les policiers municipaux sécurisent la zone le temps que le véhicule accidenté soit enlevé et que les services techniques d’astreinte de la Ville (voirie et éclairage publique) interviennent pour « nettoyer » la rue. La patrouille reprend ensuite sa route à travers les différents quartiers. Tout est tranquille.

05:00

La brigade du matin prend la relève. Quelques moments d’échange entre les deux équipes et, à 5h30, direction les rues De-Gaulle et Pithou. Nous sommes samedi matin, jour de marché, et les premiers stands sont montés autour du Marché des Halles. « On relève les véhicules gênant les marchands, avant fermeture des rues. On vérifie les immatriculations, on s’assure que ce ne sont pas des voitures volées et on procède à la mise en fourrière le cas échéant. » Cinq véhicules gênants sont répertoriés.

06:00

Alors que la fourrière est en route, les quatre agents en patrouille sont réquisitionnés d’urgence par l’OPJ. Gyrophare allumé, sirène deux-temps hurlante, les deux voitures partent très rapidement pour appuyer les forces de Police Nationale sur le territoire d'une autre commune de l'agglomération, pour une sortie de boîte qui s’annonce un peu « chaude » (« Nous ne pouvons intervenir en dehors du territoire troyen que sur demande de la Police Nationale. Cela reste rare. »). Sur place, les agents municipaux retrouvent une dizaine de policiers nationaux. L’ambiance, quoi qu’un peu tendue, est stabilisée et les groupes de fêtards se dispersent progressivement. Tout le monde repart.

06:45

De retour au marché, les policiers municipaux peuvent enfin mettre les véhicules gênants en fourrière, quand une altercation entre une vingtaine de jeunes se transforme en bagarre générale sur la rue de la République. Gaz incapacitants, bâtons télescopiques… Les policiers municipaux interviennent une nouvelle fois, apostrophés par les plus vindicatifs. Cette fois, c’est la Police Nationale qui est appelée en renfort. Le calme revient. Le marché du samedi va pouvoir se dérouler comme si de rien n’était. Entre temps, les policiers municipaux ont rouvert les petits jardins boulevard Gambetta et sont appelés pour un tapage dans le quartier des Sénardes. Une nouvelle journée commence à Troyes.

 


Contact

Contacter la Police Municipale de Troyes

30, rue Claude-Huez à Troyes (derrière l’Hôtel de Ville)

03 25 42 34 21

Newsletter Restez informé !