Press' 3

Plongez dans les coulisses des piscines | Press' 3

Catégories

Plongez dans les coulisses des piscines

Plongez dans les coulisses des piscines


 Vous avez peut-être fait partie des milliers d’usagers ayant profité des piscines municipales pour se rafraîchir. Vous y avez probablement croisé des agents de caisses, des agents d’entretien, des maîtres-nageurs… Vous êtes passés par l’entrée pour rejoindre les vestiaires, puis les douches et enfin les bassins. Sans vous posez de questions particulières. Par exemple, lorsque vous êtes arrivés dans le grand bain, il n’y avait qu’une petite dizaine de nageurs. Un groupe d’enfants est arrivé et, rapidement, vous vous êtes retrouvés plus d’une centaine à barboter ! Et l’eau a toujours été au même niveau, sans déborder. Étrange ? Non ! Nous allons tout vous expliquer !

La piscine des Chartreux fête cette année ses 44 ans, celle de Lucien-Zins ses 83 ans. Elles accueillent plusieurs centaines de milliers de personnes tout au long de l’année : scolaires, familles, clubs et usagers individuels. À ce titre, elles se doivent de fournir une qualité de service constante. C’est une machine bien huilée qui fonctionne grâce à quatre agents techniques, qui officient dans les deux établissements. Entre leurs mains, les bassins (d’origine mais avec l’étanchéité refaite), la machinerie (d’origine également mais rénovée) et ses filtres à sables, pompes, bacs tampons, analyseurs, échangeurs à plaques… Leur fonctionnement est identique dans les deux piscines. Chaque année, à tour de rôle, elles ferment leurs portes durant trois à quatre semaines pour une révision obligatoire complète et quelques travaux de maintenance. Sinon, elles sont ouvertes toute l’année, pour les clubs, les scolaires et le grand public ! Visite des coulisses de la plus jeune de nos piscines, celle des Chartreux pour vous.

Comment l’eau arrive-t-elle dans les bassins ?

Chaque bassin est indépendant. Il y a le grand dont la profondeur varie de 1,14 m à 3,85 m. Le petit bassin qui a une profondeur allant de 0,75 à 1,30 m. Enfin, la pataugeoire, qui a moins de 30 cm de profondeur. Les bassins, vidés à chaque fermeture technique annuelle, sont remplis avant leur rentrée. Ils sont alimentés en eau potable. Vous vous baignez dans l’eau de Troyes !

Salle 1

Au préalable, l’eau passe dans trois ou quatre filtres à sable suivant le nombre de pompes actives (les filtres sont lavés plusieurs fois par semaine). Toute la machinerie est totalement accessible et la galerie est propre et saine pour garantir la sécurité des techniciens. Les filtres sont alimentés par quatre pompes, fonctionnant toutes ou en partie. Le matériel étant d’origine, il y a beaucoup de maintenance préventive pour le préserver et pallier les pannes.

Le surplus d’eau des bassins (à débordement) s’écoule par des goulottesqui mènent directement au bac tampon. Il n’y a aucune aspiration d’eau. Le bac tampon évite les éventuelles augmentations d’eau dues au nombre d’usagers. L’eau récupérée passe par les pompes, est en partie recyclée pour le nettoyage des filtres et en partie réinjectée dans les bassins après avoir été filtrée, chauffée et traitée, afin de rattraper le niveau. Le système est constant, c’est pour cela que les baigneurs ne se rendent compte de rien et peuvent nager sans se soucier des arrivées d’eau.

Les filtres à sable comportent trois couches de sable de granulométrie différentes (du plus gros au plus fin) afin d’enlever toutes les impuretés (résidus de crèmes, cheveux…). Chaque filtre dispose d’un injecteur de traitement de l’eau.

Les analyseurs connectés permettent, eux, de régler les dosages afin d’éviter d’utiliser trop de produits et d’avoir l’eau la plus stable. La chambre d’analyse prend en compte le pH, le taux de chlore et la température de l’eau. Ainsi, chlore et acide (pour réguler le pH) sont injectés en quantité nécessaire. Après que l’eau a été analysée et traitée, elle passe dans le déchloraminateur (lampe à UV) qui permet d’obtenir l’eau la plus saine possible dans les bassins. Cet outil enlève un maximum de déchets résultant de l’action du chlore sur les bactéries (la chloramine). Enfin, l’eau repart dans les bassins avec un pH de 7,2 et une température comprise entre 27 et 29°C.

Chaque mois, l’Agence Régionale de Santé (ARS), observe les analyses faites par les techniciens, les relevés journaliers, la fréquentation et réalise ses propres analyses, étudiées en laboratoire, afin de délivrer un certificat garantissant le respect des normes d’hygiène et de sécurité de l’eau, de l’air et des sols.

Salle 2

La chaufferie est tout aussi importante. C’est à cet endroit que l’eau des bassins et des sanitaires est chauffée. Les échangeurs à plaques font partie du processus de chauffe de l’eau. Un des appareils est protégé et permet un débit constant à temps égal. L’eau est prête et réchauffée pour la douche, qui s’écoule à 38°C.
Tous les équipements techniques sont répartis autour des bassins, en rez-de-chaussée. Les bassins sont en béton armé, avec des murs blindés. On trouve également des locaux techniques chimiques, des zones de stockage…

Plan de circulation de l'eau dans une piscine

 Plan de circulation de l'eau dans une piscine

 

 


Newsletter Restez informé !