Press' 3

Rencontre avec Matheus, Fatima, Emmanuelle et Claudine de la Lacoste Manufacturing Academy | Press' 3

Catégories

Rencontre avec Matheus, Fatima, Emmanuelle et Claudine de la Lacoste Manufacturing Academy

Rencontre avec Matheus, Fatima, Emmanuelle et Claudine de la Lacoste Manufacturing Academy


Rencontre avec Fatima Zahhaf, 44 ans, et Matheus Moreira, 23 ans, tous les deux en CDI au sein de l’entreprise depuis janvier, après avoir suivi une formation d’opérateur de confection depuis octobre 2016 ; Emmanuelle Midy, 25 ans, en formation depuis octobre 2017, et Claudine Vogade, 62 ans, l’un des trois formateurs de la Lacoste Manufacturing Academy.

Press’Troyes : Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?
Matheus : « Je travaillais dans le bâtiment en tant qu’électricien, puis j’ai un peu tourné en rond. »
Fatima : « Je fais partie de la même promotion que Matheus. J’ai travaillé dans l’imprimerie durant seize ans. À la suite de la fermeture de l’entreprise, j’ai voulu me reconvertir. »
Emmanuelle : « J’ai fait les vendanges, j’ai travaillé chez Nigloland et également pour Lacoste dans un atelier de confection en Haute-Marne pendant deux ans ! »
Claudine : « Après l’école, j’ai suivi une formation de deux ans dans la couture. De 1971 à 1985, j’ai été polyvalente chez Absorba, puis j’ai vécu en Tunisie pendant 23 ans pour le suivi qualité et la mise en place des modèles de l’entreprise. Je suis rentrée en France en 2003 et j’ai travaillé aux ateliers d’Armançon (ndlr : maroquinerie de luxe) à La Chapelle Saint-Luc, durant onze ans. »

Comment avez-vous découvert la Lacoste Manufacturing Academy ?
M. : « Lors d’un rendez-vous à Pôle Emploi, ma conseillère m’a parlé d’une réunion d’information sur la Lacoste Manufacturing Academy. Je me suis dit pourquoi pas… »
F. : « J’ai vu l’annonce de Lacoste dans la presse locale et je me suis lancée. J’ai passé les tests et j’ai été retenue. »
E. : « C’est chez Lacoste, en Haute-Marne, que la responsable d’atelier m’a proposé d’intégrer la Lacoste Manufacturing Academy à Troyes. »
C. : « Lorsque l’atelier de La Chapelle Saint- Luc a fermé, mon agence d’intérim a transmis mon CV à Lacoste. »

Comment vivez-vous votre expérience au sein de cette école ?
M. : « On m’y a bien accueilli et j’ai été bien formé. Je vais bientôt recevoir le certificat de qualification professionnelle. Je n’avais jamais utilisé de machine à coudre et aujourd’hui, je suis en CDI comme opérateur de confection… La variété de ce qu’on peut réaliser ici me plaît. On crée beaucoup de modèles différents. On prend confiance en soi en découvrant ce qu’on est capable de faire. Et c’est sympa d’habiller les gens ! Les conditions de travail sont agréables et l’ambiance est bonne, je me vois rester ici longtemps. »
F. : « Ce métier m’était complètement étranger, je n’avais jamais touché à une machine à coudre avant ! Mes débuts ont été un peu laborieux. On a appris toutes les étapes de confection du polo et, aujourd’hui, on fait des choses différentes. Je fais partie d’une bonne équipe, dans une entreprise qui a de vraies valeurs et nous soutient. Il y a un tel esprit qu’on a envie d’aller travailler le matin. Je sais que j’ai une place ici et qu’à 44 ans, je peux encore évoluer ! »
E. : « J’ai toujours voulu travailler dans ce domaine. J’ai un bac pro Métiers de la Mode, un BEP couture Flou (ndlr : haute-couture) et j’avais aussi mon auto-entreprise de retouches. Le fait d’avoir les bases me permet d’apprendre vite. Mais mon poste actuel porte sur la réalisation de pattes de boutonnage et j’ai dû tout apprendre ! J’aimerais vraiment décrocher un CDI ici et monter en grade. »
C. : « On a du savoir et on est là pour le transmettre. C’est vraiment très intéressant comme expérience. Il y a vraiment une bonne ambiance. De la direction à l’ouvrière, le personnel est sympathique et poli. Il y a beaucoup d’humanité chez Lacoste. J’aime également beaucoup travailler avec ces jeunes, qui ne demandent qu’à apprendre et à progresser. »


Newsletter Restez informé !