Press' 3

Jean Chevalier, le « petit nouveau » de la Comédie-Française | Press' 3

Catégories

Jean Chevalier, le « petit nouveau » de la Comédie-Française

Jean Chevalier, le « petit nouveau » de la Comédie-Française


À 24 ans, la Comédie-Française lui ouvre ses portes. Le Troyen Jean Chevalier, ancien élève du Conservatoire national supérieur d’art dramatique, du cours Florent et du Conservatoire à rayonnement départemental Marcel-Landowski de Troyes, s’apprête à vivre une expérience théâtrale intense.

Press’Troyes : Le théâtre est-il une vocation qui remonte à votre enfance ?
Jean Chevalier : « Non pas vraiment. Quand j’étais plus jeune, je voulais devenir footballeur ! J’étais d’ailleurs à l’ESTAC... J’ai fait mes premiers pas dans le théâtre vers 15 ans, au sein d’une troupe à Sainte-Maure, avec mon cousin. C’est vraiment lui qui m’a transmis sa passion. Je l’ai vu jouer le lapin dans une représentation d’Alice au pays des merveilles et je me suis dit… ‘Wahou !’ Ensuite, j’ai suivi les cours du Conservatoire de Troyes, puis le cours Florent et le Conservatoire national supérieur d’art dramatique. J’ai une formation très théâtrale mais j’ai aussi très envie de faire du cinéma, même si, pour le moment, je suis inexpérimenté. Je suis cinéphile depuis mon enfance et j’aimerais beaucoup tourner avec Jacques Audiard, Vincent Cassel ou François Cluzet… je suis certain que j’en oublie ! »

Comment entre-t-on à la Comédie- Française et que vous évoque cette institution ?
J. C. : « L’administrateur, Éric Ruf, m’a repéré dans le spectacle Impromptu 1663, de Clément- Hervieu Léger. J’ai passé une audition aux côtés d’une dizaine de personnes et deux d’entre nous ont été sélectionnés. Je suis donc pensionnaire de la Comédie-Française à partir de maintenant. Cela signifie que je suis acteur-résident de la Troupe. Il n’y a pas de durée définie, cela va dépendre de mon parcours. La Comédie- Française est une grande maison historique, c’est la Maison de Molière, elle existe depuis plus de 300 ans. C’est un truc incroyable ! Je suis admirateur de ses acteurs et actrices, qui font des pièces et des films excellents. Ce sont des personnes talentueuses et expérimentées. De cette expérience, j’attends d’apprendre, de travailler dur et de faire des spectacles à leurs côtés. Rencontrer des gens m’intéresse aussi. »

Connaissez-vous déjà certains Comédiens-Français ?
J. C. : « Oui, dans les plus jeunes, il y en a que j’ai croisés ou rencontrés à l’école ou dans des soirées. Je rencontre aussi régulièrement Laurent Lafitte, qui est pensionnaire, et Guillaume Gallienne et Denis Podalydès, qui sont sociétaires. Nous discutons, je vais voir leurs spectacles, je trouve ça très important. Ce sont des gens géniaux et très attentifs. »

Quel sera votre rythme de travail ?
J. C. : « J’interpréterai mon premier rôle en tant que pensionnaire de la Comédie-Française dans L’Éveil du printemps de Frank Wedekind, mis en scène par Clément Hervieu-Léger, que nous jouerons du 14 avril au 8 juillet. Cela va représenter environ 5h-6h de répétition par jour pendant 2 mois. À la Comédie-Française, la journée est consacrée aux répétitions et le soir aux représentations de spectacles en alternance. Nous sommes un peu des athlètes ! »

Comment envisagez-vous l’avenir ?
J. C. : « Je perçois la Comédie-Française comme une gare où je viens de poser mes valises, où je m’arrêterai le temps qu’il faudra. C’est un point sur mon chemin vraiment important, c’est à un moment très spirituel que je vais goûter. Mais je n’ai pas de plan de carrière ! »


Newsletter Restez informé !