Press' 3

Tomber amoureux de Saint-Pétersbourg | Press' 3

Catégories

Tomber amoureux de Saint-Pétersbourg

Tomber amoureux de Saint-Pétersbourg


Vladimir Fédorovski est l’écrivain d’origine russe le plus publié en France. À l’occasion d’une rencontre « 4e de couverture » proposée par la Maison du Boulanger, l’auteur vient présenter son Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg, ville qu’il aime de tout son coeur. Dans ce livre, il aborde de nombreux thèmes allant de personnalités de tous milieux à des épisodes historiques marquants, en passant par l’art, l’architecture, des secrets dévoilés...

Press’Troyes : Avez-vous fait des découvertes lors de la rédaction de ce dictionnaire ?
Vladimir Fédorovski : « L’histoire nous donne les clefs pour comprendre le futur. Des découvertes ? Peut-être dans la rédaction de certains épisodes... J’ai notamment fait la connaissance d’un personnage extraordinaire, Armand de Lestocq, que j’avais sous-estimé. J’aimerais d’ailleurs écrire un livre sur lui. Il a fait le 18e siècle à l’époque où les femmes dirigeaient la Russie. Lestocq a été favori de Pierre le Grand, et était proche de Catherine II. J’ai appris aussi sur les couleurs incroyables de Saint-Pétersbourg, dues à Rastrelli, architecte russe d’origine italienne. Véritable choc esthétique qui donne matière à la ville »

Avez-vous souvent l’occasion d’y retourner ?
V. F. : « Je vais souvent à Saint-Pétersbourg, et un peu partout ailleurs pour la sortie de mes livres. » Vous évoquez les révolutions russes de 1917 en apportant de nouveaux éclairages.

Est-ce un pan de l’histoire facile à étudier ?
V. F. : « On vit à la fois dans le monde imaginaire de l’histoire et dans la désinformation. La Révolution russe en est un exemple. On y trouve des personnages assez étonnants dont deux génies du mal absolu, Lénine et Trotski, qui ont créé cette Révolution, entraînant un renouveau. Nicolas II, assurément une erreur de casting, a provoqué cette issue dont Dostoïesvki avait donné des alertes. Ça a été un bouleversement pour le siècle et il y a eu des incidences sociales partout, y compris en France. Seulement, ensuite, alors que la chute du Mur de Berlin avait éveillé de nombreux espoirs, la crise que la Russie connaît a éclaté en raison de la mauvaise gestion post-communiste. Je pense que ça a donné quelque chose de plus grave que la Guerre Froide. »

Sur quel thème, que n’avez-vous pas encore traité, aimeriez-vous écrire ?
V. F. : « Lestocq ! Mais sinon, je sors un nouveau livre en février, Au Coeur du Kremlin, dans lequel je raconte tout ce que je n’ai jamais dit. Les facettes inattendues, l’ambiance ahurissante qui y règne, avec beaucoup de découvertes. Eltsine par exemple, que j’ai bien connu, être dirigeant n’était pas son truc. D’ailleurs, il n’a pas été élu en 1996, ils ont triché ! Je connaissais beaucoup de choses que je n’avais jamais évoquées. Ça aide à analyser l’histoire actuelle. Ensuite, j’aimerais écrire sur la manipulation, thème très en vogue et qui intéresse. Elle a hanté le 20 e siècle et fait partie du 21e. J’y parlerai aussi de la manipulation des femmes envers les hommes ! »

Vous aviez déjà écrit sur Saint-Pétersbourg. Comment avez-vous abordé ce dictionnaire ?
V. F. : « J’avais parlé de l’amour dans le Roman de Saint- Pétersbourg. Avec ce dictionnaire, cette fois, j’aborde les multiples facettes de la ville, de la civilisation où tout se mélange, qui fait rêver, avec ma vision très personnelle de Saint-Pétersbourg. »

Couverture du livre Dictionnaire amoureux de Saint-Petersbourg4e de couverture
Rencontre-débat avec Vladimir Fédorovski, vendredi 12 janvier à 20h30, au théâtre de la Madeleine.


Newsletter Restez informé !